Réaction d’EHBai et EHBildu face au décès du militant politique Jakes Abeberry

Euskal Herri vient de perdre une grande figure militante. Jakes Abeberry est décédé cette nuit.

Jakes a été très actif dans le panorama militant d’Iparralde et d’Euskal Herri tout entier. Il a considérablement œuvré pour ce Pays Basque qu’il chérissait tant : fondateur et directeur d’Enbata, militant politique, précurseur en matière de culture… Il aura toujours été un militant acharné jusqu’à son dernier souffle.

Ces dernières années, malgré ses soucis de santé, il a continué à suivre de très près l’actualité et les différentes luttes.

Nous n’oublierons pas sa rage dans les batailles et ses divers engagements. Comment ne pas évoquer le procès de 1996 où il était accusé et condamné pour avoir publié les noms et prénoms des policiers français ayant collaboré avec le GAL. Sur le champ culturel, il a été de ceux qui ont aidé les artistes d’Hegoalde pendant la période du franquisme… La liste serait longue si nous listions ici tous les engagements de Jakes en faveur d’Euskal Herri.

Cela a été un honneur de parcourir une longue part du chemin de la libération nationale aux cotés de Jakes.

Ez adiorik Jakes.

Aitzina goaz! Nous avançons avec une force renouvelée

EHBai a tenu aujourd’hui son premier Congrès, à l’occasion des 15 ans de sa première apparition publique.

Nous avons commencé le cycle politique de cette année avec un processus de Congrès qui marquera les prochaines années d’EHBai. Le processus a été riche et réussi. C’était un exercice collectif jamais réalisé par EHBai et nous pouvons dire avec fierté que nous avons eu de très bons résultats : plus de 250 personnes ont participé à 34 réunions organisées dans différents villages du Pays Basque nord. La participation des militant.es aux différents moments de vote a autant été réussie que la participation aux réunions publiques. Biba zuek, biba gu eta biba EHBai!

La poursuite de cet effort nous amène au résultat obtenu aujourd’hui à la salle Glain de Bayonne. 250 personnes. Bravo !

Nous avons une nouvelle impulsion pour relever les défis des années à venir ! Nous avons convenu d’une feuille de route politique pour les années 2022-2026 et d’une nouvelle direction qui la guidera.

Voici notre nouvelle feuille de route.

Nous sommes confrontés à de grands défis. Année après année, nous avons créé de nouvelles opportunités pour créer un nouveau scénario dans le processus souverainiste. Nous continuerons à renforcer notre projet abertzale, de gauche, féministe et écologiste tant dans la rue que dans les institutions. Nous avons encore beaucoup de chemin à parcourir et nous le regardons avec ambition. Ces 15 dernières années ont montré que quand on veut, c’est possible !

Pour continuer à renforcer EHBai, nous devons continuer à nous organiser de commune en commune et de province en province. Nous sommes la première force politique de gauche du Pays Basque nord et notre défi est de continuer à croître. Nous continuerons à nous enraciner localement sur l’ensemble du territoire et ce sera l’un des travaux majeurs de la nouvelle direction que nous avons votée lors de ce congrès.

Merci à tous ceux qui ont participé aujourd’hui et dans le cadre de ce processus de Congrès !

Aitzina goaz, Un projet pour le Pays Basque !

Officialité de la sélection basque de pelote

Les championnats du monde de pelote basque ont débuté hier à Biarritz. 91 pilotari basques participeront à ces championnats mais aucun.e d’entre elles et eux n’aura l’occasion de concourir pour sa sélection, la sélection basque. Si ils et elles souhaitent participer à ces championnats du monde ils et elles ne peuvent le faire que pour l’Espagne, la France, les Etats-Unis, le Chili ou le Canada. Comme la sélection basque n’est pas officielle, la Fédération Internationale de Pelote Basque n’autorise pas sa participation.

EHBildu et EHBai revendiquent le droit pour ces sportives et sportifs de pouvoir défendre les couleurs de leur sélection et demandent aux instances internationales, la fédération de pelote et aux décideurs politiques locaux de s’impliquer sur ce sujet. Bien entendu, les pas franchis jusqu’à maintenant sont largement insuffisants et il convient de travailler afin de concrétiser ce qui est le rêve de beaucoup et finalement un droit pour toutes et tous.

EHBildu et EHBai voient clairement que seules des entraves politiques se dressent devant cette position, cela n’a rien à voir avec les textes internationaux qui régissent les compétitions sportives. Le rugby ou le foot en sont de très bons exemples. Ces deux sports ont vu le jour au Royaume-Uni. Ainsi, les nations membres du Royaume-Uni ont le droit de participer aux compétitions officielles sous leurs propres couleurs nationales. Personne ne s’étonne de voir l’Ecosse, le Pays de Galles ou encore l’Angleterre fouler les terrains et affronter les autres équipes en compétition officielle.

Bien que la pelote s’appelle bien la pelote basque, et que l’origine géographique de ce sport est incontestable, la sélection basque de pelote n’a pas d’autorisation à défendre ses couleurs sur les frontons, les trinquets ou encore les murs à gauche en compétition officielle. C’est un non-sens majeur et en comparaison à d’autres sports une injustice notoire à l’encontre de la sélection basque de pelote. Les états espagnol et français s’arrangent dans leurs propres intérêts au sein de la fédération internationale pour que ce qui est incontestable dans d’autres sports ne puissent se produire pour la pelote basque. Derrière cela, il y a des intérêts politiques évidents et la raison principale est la négation du Pays Basque lui-même. EHBildu et EHBai appellent à dépasser ces artifices et ces jeux en sous-main et s’engagent à poursuivre leur travail pour que le rêve de la majorité des pilotari et de notre peuple devienne réalité.

EHBai dénonce l’arrestation d’hier

La police judiciaire française a procédé hier à l’arrestation de Patxiku Guimon. Nous dénonçons fermement cette arrestation que nous jugeons inacceptable.
Face à cet évènement qui est une nouvelle attaque directe au processus de paix, nous adressons à Patxiku et à ses proches tout notre soutien.

Cette arrestation intervient après la décision du Tribunal de Paris du 22 septembre dernier qui a permis la libération conditionnelle de Jakes Esnal et Ion Kepa Parot. Cette arrestation montre encore une fois que le Parquet anti-terroriste poursuit dans la logique qui a été la sienne lors des multiples refus de libération pour Jakes et Ion ces dernières années. En procédant à l’arrestation de Patxiku, ce n’est ni plus ni moins qu’une logique basée sur la vengeance qui est maintenue et alimentée.

Cette arrestation et ces attitudes n’ont plus lieu d’être. La construction d’une paix durable et intégrale passe inévitablement par la libération de tou.tes les militant.es emprisonné.es et le retour au pays de tou.tes les exilé.es et la fin des arrestations.

Depuis 2011, le Pays Basque a fait le choix de la paix et a œuvré en ce sens avec tous ses moyens. Face à cette volonté populaire, la répression et l’esprit de vengeance n’ont aucun fondement.

Pour toutes ces raisons, nous appelons à rejoindre ce soir le rassemblement organisé à Ciboure à 19h.
Aski da, Patxiku askatu !

Congrès d’EHBai: Nous commençons les réunions

Comme annoncé en juillet dernier, le 26 novembre prochain, EH Bai organisera son premier Congrès à la Maison des Associations de Bayonne. L’objectif de ce congrès est de fixer les orientations pour les quatre prochaines années et de mettre en place une nouvelle structure et de nouvelles instances de Direction qui répondent le mieux à ces orientations.

 

Aitzina goaz.
Année après année, d’élection en élection EHBai est devenu, un mouvement politique qui a grandi et s’est développé fortement. La coalition électorale créée par trois partis il y a 15 ans est devenue un mouvement à part entière ayant sa propre activité. Grâce à un long parcours de 15 ans et au travail accompli au cours de ces années, nous sommes aujourd’hui devenus la deuxième force politique du Pays Basque nord. D’une élection à l’autre, notre nombre de voix n’a cessé d’augmenter. Notre projet, le projet de gauche, abertzale, féministe et écologiste d’EHBai a gagné beaucoup de soutien. Grâce au travail quotidien de nos élu.es et militant.es, notre projet a gagné en crédibilité. De plus, EHBai défend les idées qui sont aujourd’hui partagées par une grande majorité du Pays Basque.

 

Un projet pour le Pays Basque.
Nous tenons à souligner que c’est la première fois en 15 ans que notre mouvement politique organise un congrès. Nous lançons dans ce rendez-vous d’importance car nous sommes au milieu d’une crise politique, économique, sociale, écologique et culturelle, les citoyen.nes sont préoccupé.es par la situation et l’Etat français ne répond pas aux besoins du Pays Basque nord. Nous sommes convaincu.es que nous avons un projet adapté et efficace pour l’ensemble de la société du Pays Basque nord. Notre projet se concentre sur le Pays Basque et ses habitant.es, car c’est là que nous voulons décider de notre avenir, avec tous les acteurs sociaux, politiques et les citoyen.nes. Nous voulons aborder tout cela au congrès, en écoutant les opinions des militant.es, en recevant des contributions pour faire ensemble une offre politique renouvelée à la population.

 

Trois grands défis
EH Bai, a toujours eu un projet politique pour l’ensemble du Pays Basque et a placé son activité quotidienne au Pays Basque nord tout comme son l’action politique. Avec ce premier congrès, nous avons devant nous un nouvel exercice plein de défis.

Voici les 3 principaux :

  • Fixer la feuille de route politique que suivra EH Bai pour obtenir de nouvelles avancées au Pays Basque nord.
  • Renouveler l’organisation d’EH Bai et ouvrir les portes de notre mouvement aux maximum de personnes et notamment une nouvelle générations de militant.es
  • Rendre le congrès aussi participatif que possible et réaliser un grand exercice collectif.

C’est pourquoi, nous invitons toutes les personnes, membres ou non d’EHBai, se sentant de gauche, abertzale, féministe et écologiste à participer à ce congrès.

 

Réunions locales
Pour ce faire, nous nous organiserons dans les prochains jours dans les différentes communes et secteurs possibles afin de faciliter la participation de toutes celles et ceux qui souhaitent y participer.
Au cours des mois d’octobre et de novembre, nous prévoyons des réunions dans une trentaine de communes de tous les secteurs du Pays Basque nord. Nous allons faire connaître les rendez-vous dans les prochains jours.

 

Plate-forme numérique
Dans le même sens et pour encourager la participation, nous avons mis en place une nouvelle plateforme numérique barneinfo.ehbai.eus. L’adhésion à EH Bai ou au Congrès donnera droit à l’accès à cette plateforme numérique.
Sur cette plateforme, les participant.es y trouveront le règlement du congrès, le document soumis à discussion et le calendrier des réunions.
Nous misons sur la multiplication des différents moyens de participation pour que le plus grand nombre possible de personnes participent et contribuent.

 

Droit de vote
Le débat et les réunions sont ouverts à toutes les personnes intéressées.
En revanche, pour pouvoir participer au vote, nous proposons deux modalités:

  • Contribution au Congrès de 20 euros / eusko et ainsi être membre à part entière du Congrès et participer au vote.
  • La possibilité d’adhérer à EH Bai de manière pérenne pour montrer un soutien plus fort. Cela assurera bien entendu le droit de vote.

 

Document soumis au débat
Tout au long de ce processus, les sujets à traiter dans les réunions locales seront divers et variés. Pour ce faire, le dossier des textes «Aitzina Goaz. Un projet pour le Pays Basque » est distribué dans toutes les communes et est également disponible pour les membres sur la plateforme numérique.

Ce document analyse tout d’abord le contexte général en évolution et instable. Parmi les points abordés le mépris manifesté par l’État français à l’égard du Pays Basque et les avancées réalisées ou obtenues ces dernières années au Pays basque Nord.
Notre objectif est de développer la double identité d’EH Bai. La mobilisation populaire, dans la rue, d’une et le travail institutionnel. Pour ce qui est des mobilisations populaires, nous allons multiplier les majorités sociales et politiques qui se créent sur des thématiques de plus en plus nombreuses. Nous estimons que le Pays Basque Nord doit autant que possible parler d’une seule voix face à Paris. EHBai fait de cette accumulation de forces une priorité car nous considérons que pour avancer sur la voie de la souveraineté nous avons besoin de dépasser les seules forces d’EHBai.

A ce sujet, il est nécessaire de faire un nouveau pas dans les années à venir. EH Bai considère que le changement de statut politique et le débat sur la nécessité de plus de compétences gérées localement doivent être en première ligne. Nous sommes pleinement convaincu.es que nous devons discuter, réflechir et s’accorder collectivement entre tous les acteurs d’Iparralde afin d’avancer vers une nouvelle étape institutionnelle. Au cours de ces années, au Pays Basque Nord, de nombreux pas ont été faits sur différents sujets dans ce schéma de travail. Le dernier résultat positif obtenu a été la libération conditionnelle d’Ion Parot et de Jakes Esnal, une autre grande réalisation collective.

Dans le travail institutionnel aussi, EH Bai a la volonté d’articuler des majorités. Nous avons vocation à ouvrir la voie à de nouvelles victoires électorales. Pour cela, nous pourrons mener des discussions en fonction du contexte politique du moment et des modes de scrutin, avec les autres forces politiques de gauche. Bien sûr, ces discussions s’inscriront toujours en compatibilité avec notre projet politique. Si l’on se place dans une perspective de quatre ans, les élections municipales de 2026 seront un rendez-vous électoral majeur pour EH Bai.

Par ailleurs, comme le montrent les expériences d’autres peuples d’Europe, il est temps de donner une nouvelle force à la revendication du droit à l’autodétermination du Pays Basque. En ce sens, pour relever ensemble les défis de notre pays, nous travaillerons au renouvelement et au renforcementde l’accord stratégique que nous avons signé avec EH Bildu.

En même temps et pour conclure, nous aborderons aussi de la nature et des fonctions d’EH Bai via ce processus de congrès.

Ce ne sont pas des sujets mineurs et si nous voulons que EH Bai reçoive un large soutien sur les propositions politiques contenues dans notre projet politique, il nous semble nécessaire que cette réflexion soit faite par le biais d’un débat et d’un échange entre toutes les personnes qui souhaitent y contribuer.

Nous sortirons du Congrès du 26 novembre, avec un mouvement politique EH Bai plus fort et renouvelé. Ce jour-là, en guise de conclusion de ce processus de congrès nous rendrons public la feuille de route politique que nous aurons adoptée collectivement et présenterons la nouvelle structuration et les membres de la nouvelle direction d’EH Bai pour les 4 prochaines années.

Aitzina Goaz, Un projet pour le Pays Basque

Enfin libres !

Enfin libres ! Aujourd’hui, après des années de mobilisations, Jakes Esnal et Ion Parot sortent de prison. Cette nouvelle suscite une joie immense pour nous.

Il y a deux ans, Xistor sortait de prison et à présent les juges ont accepté la liberté conditionnelle de Jakes et Ion. Ce résultat est le fruit du choix de la paix, le fruit de nombreuses mobilisations. Notre engagement collectif permanent en faveur d’une paix durable a rendu possible la remise en liberté de Jakes Esnal et Ion Parot.

Depuis la conférence internationale d’Aiete en 2011, de nombreux pas ont été faits par la société civile du Pays Basque pour avancer vers la construction d’un processus de paix. Cette route a été longue et compliquée, elle n’est pas terminée, mais la décision d’aujourd’hui est une excellente nouvelle.

En 2017, la société civile avait rendu possible le désarmement d’ETA qui avait ensuite décrété sa dissolution. En face, ce serait un euphémisme de dire que l’attitude des états français et espagnol n’a jamais facilité ce choix en faveur d’une paix juste et durable. Si des premiers rapprochements de militant‧es incarcéré‧es ont eu lieu dans un premier temps, la France s’est ensuite immédiatement positionnée dans un blocage permanent, rendant des décisions politiques et autoritaires qui bafouaient ses propres lois.

Le processus de paix ne peut se poursuivre sans le retour de tou‧tes les militant‧es emprisonné‧es ou exilé‧es. En ce sens, la décision d’aujourd’hui est une avancée majeure obtenue grâce aux multiples mobilisations. Celles-ci doivent se poursuivre et nous donnons d’ores et déjà rendez-vous le 8 octobre prochain à la manifestation organisée par SARE à Donosti.

Nous avons réussi, le Pays Basque a réussi a faire revenir Jakes et Ion dans leur pays.

Bienvenue chez vous et pensées amicales aux ami‧es et proches de Jakes et Ion !