Euskal Herrian mugarik ez

La décision du préfet des Pyrénées-Atlantiques, prise dans le cadre du « renforcement de la lutte contre le terrorisme », entraine la fermeture de 8 passages frontaliers entre le Pays Basque Nord et Sud. Cette décision ne précise pas la durée de cette mesure.

C’est pourquoi nous avons appelé à un rassemblement le samedi 16 janvier à 12:00 sur le pont de Santiago entre Hendaia et Irun ainsi qu’a Sare

Cette décision renforce la privation des droits dont nous devrions disposer en tant que nation. Les deux états profitent de cette situation pour renforcer leur caractère uniformisateur. Ils nous imposent un arrêt brutal des relations naturelles, familiales, affectives, culturelles, sociales, économiques… entre habitant.es d’Euskal Herri.

Ils mettent à nouveau le Pays Basque en état de siège. Ceci est illustré par exemple par le campement militaire installé au VVF de Baigorri. En tout, ce sont 4800 policier.es, gendarmes et militaires qui seront déployé.es pour cette opération. Que cherchent-ils avec ce déploiement de forces de l’ordre ? Souhaitent-ils entretenir un sentiment de peur dans la population ?

Face au centralisme, EHBAI et EHBILDU pensons qu’il y a nécessité de vivre comme nation et peuple, de renforcer le droit et les outils pour décider localement. Devant ce manque de démocratie, il convient de supprimer les frontières artificielles et construire Euskal Herri qui est notre lieu de vie naturel, entre tou.tes les habitant.es afin de récupérer le pouvoir de décider de nos vies.