Burujabetza Euskal Herriarentzat: 1200 pertsonnes réuni.es aujourd’hui à Azkaine

Un grand merci à tou.tes les abertzale de gauche qui êtes venu.es aujourd’hui à Azkaine pour revendiquer une “Souveraineté pour le Pays Basque” ! Apres deux ans, nous pouvons enfin cette année nous rassembler à l’occasion d’Aberri Eguna. Tant à Pampelune qu’à Azkaine, nous avons montré qu’il existe ici un peuple debout et vivant, capable de relever les défis futurs.

La crise multiforme exacerbée par le Covid 19 a mis en évidence, une fois encore, ce qui est notre constat depuis longtemps : pour faire face aux enjeux sociaux, économiques, climatiques et culturels, le Pays Basque a besoin de souveraineté.

En unissant ses forces, Le Pays Basque montre sa capacité à faire de grandes choses. Ces derniers mois ls mobilisations populaires diverses ont amenées et des victoires obtenues.

 

  • L’année dernière, 10.000 personnes sont descendues dans la rue pour défendre la langue basque et le modèle d’enseignement immersif. Aujourd’hui, la question de la diffusion de la langue basque fait l’objet d’un large consensus au Pays Basque nord et les conditions sont plus que jamais réunies pour franchir les prochaines étapes.
  • Pour arrêter la spéculation déloyale sur les terres agricoles, nous avons maintenu durant quatre mois l’occupation d’Arbonne. L’agriculture paysanne, qui est l’un des piliers de notre économie, bénéficie d’un large soutien.
  • En novembre dernier, 8 000 personnes se sont mobilisées à Bayonne pour pouvoir vivre et se loger au pays. Depuis, la Communauté d’Agglomération du Pays Basque a largement voté en faveur d’un réglément de compensation stricte sur les meublés de toursimes.
  • Comment ne pas évoquer la longue lutte contre la LGV ? C’est en ce sens que la Communauté d’Agglomération du Pays Basque a voté, en se prononsant contre le chantier inutile que représente la ligne à Grande Vitesse.
  • Dans le cas des prisonnier.es politiques basques, le consensus entre la société civile et les élu.es du Pays Basque nord avance en passant outre les blocages. Nous sommes de nombreuses et nombreux citoyen.es à s’être engagé.es à participer à la phase de désobéissance pour demander la libération de Ion Parot, Jakes Esnal et Unai Parot.

 

Tous ces événements montrent qu’ici, au Pays Basque, le rapport de forces se construit, de plus en plus, autour des problématiques et de l’intérêt des habitant.es. Ces événements montrent aussi que luttes populaires et action institutionnelle sont complémentaires.

Par contre, ils laissent en évidence que nous avons besoin de plus de moyens et de plus de compétences pour agir localement.

A l’occasion d’Aberri Eguna, EH Bai tient à déclarer que :

  • Lorsqu’il y a cinq ans, nous avons soutenu la création de la Communauté d’Agglomératio Pays Basque, nous avions souligné qu’il s’agissait d’un premier pas vers la reconnaissance institutionnelle.
  • Aujourd’hui, nous réaffirmons que nous avons besoin d’une institution plus compétente pour répondre aux aspirations et aux besoins des habitant.es et pouvoir prendre les décisions en conséquences.
  • L’enjeu du Pays Basque nord et maintenant d’avancer vers une Collectivité Territoriale à Statut Particulier ainsi qu’un plus grand pouvoir politique. Ceci découle du consensus qui s’est construit par une majorité sur ce territoire.
  • EH Bai exprime sa volonté d’ouvrir une nouvelle étape institutionnelle avec tous les acteurs du Pays Basque nord.

Nous voulons également souligner qu’il est temps de réactiver la construction nationale entre les acteurs, les citoyen.es et les institutions du Pays Basque.
Les événements de ces dernières semaines en Corse ont révélé que le manque de reconnaissance politique des peuples est la racine du conflit politique. Et ainsi la résolution complète du conflit viendra unqiuement de la reconnaissance politique.

A cette occasion nous voulons exprimer notre soutien à tous les peuples opprimés par l’Etat français. Au peuples Corse, Breton, Kanaks.. : nous sommes avec vous ! Une multitude de peuples, un combat unique !

 

Le contexte, c’est aussi le résultat des élections présidentielles en France. Nous sommes face aux résultats des politiques néolibérales faisant la part belle aux classes privilégiés et laissant sur le bord du chemin une partie de plus en plus grande de la population , face à la montée de l’extrême droite et des idéologies réactionnaires.

Nous ,abertzale de gauche, nous avons toujours été antifascistes et aujourd’hui encore nous disosn haut et fort: pas une seule voix pour les fachos !

Nous, abertzale de gauche, nous avons un autre projet pour notre pays : un projet basé sur les droits, un projet populaire, égalitaire et inclusif, un projet qui embrasse la transformation sociale et la liberté.

C’est pourquoi EH Bai exige que le ou la président.e de l’Etat français, qui rempertora les élections du 24 avril, respecte la voix de la majorité du Pays Basque. Et concrètement nous exigeons de reprendre au plus vite les dialogues afin de trouver une solution politique à la situation des prisonnier.es basques. Nous voulons nos prisonnier.es et réfugié.es politiques à la maison.

Nous serons candidat.es aux élections législatives de juin pour porter la parole du peuple basque à Paris et défendre les intérêts ds habitant.es du Pays Basque nord. Nous vous appelons donc toutes et tous à participer à cette campagne pour rassembler le plus de voix possible. Il fnous faut faire entendre la voix du Pays Basque à Paris !

Le mouvement abertzale continue d’essaimer sur tout le territoire, secteur par secteur. Que ce soit dans les mobilisations ou à travers les élections, nous sommes de plus en plus nombreuses et nombreux. Mais tant dans la rue que dans les institutions nous devons être plus encore. Nous sommes la force qui conduit notre peuple à la souveraineté !

Gora Euskal Herria askatuta!

0 Commentaire