Mathilde Hary et Sylvain Aimé au sujet de l’agriculture paysannne

Ces dernières années, la crise Covid et la guerre en Ukraine ont entraîné un dérèglement des marchés mondiaux qui a prouvé notre dépendance envers l’importation de toutes les matières premières. L’inflation des prix a fortement impacté les citoyens, pour qui, voyant leur pouvoir d’achat fondre comme la neige dans nos Pyrénées, il est malheureusement difficile de se tourner vers des produits locaux de qualité. Il est même devenu monnaie courante de se priver de certains aliments. L’agriculture, secteur déjà en grande difficulté, est définitivement tombée dans une crise profonde.

Voilà donc maintenant plusieurs semaines que le monde agricole exprime sa colère plus que légitime. En effet, le malaise des paysans qui ne peuvent vivre de leur travail est une réalité prégnante à l’heure de la libéralisation à tout va du marché agricole et alimentaire. Néanmoins, les mesures annoncées par le gouvernement français sont basées sur une vision productiviste à court terme et sont loin d’apporter des réponses convaincantes dans le but de garantir un revenu digne à tous les paysans.

Pour EH Bai, c’est l’interdiction de la rémunération en dessous du prix de revient qui doit-être instaurée. La loi Egalim doit être respectée. En effet, ce ne sont pas les normes environnementales, sociales ou sanitaires qui posent problème, mais bel et bien les profits toujours plus importants engrangés par l’agro-industrie. Il est temps que le marché soit régulé afin de redonner sa juste valeur au travail de ceux et celles qui nous nourrissent. En ce sens, une hausse des retraites des paysans esturgente.

Les accords de libre-échange sont une aberration au vu de leurs conséquences directes sur les conditions de vie des paysans qui ne peuvent faire face à cette concurrence déloyale. Ces accords sont aussi dépassés au regard des enjeux de la transition écologique que nous sommes appelés à relever.

Alors qu’à l’échelle de l’Union européenne, les orientations de la Pac favorisent actuellement le productivisme comme seul moyen d’avoir une activité rentable, nous sommes solidaires des fermes qui font les frais du retard de paiement des ces aides et demandons leur simplification administrative.

Construire un modèle alternatif au Pays Basque

Représentant 15 à 20% des emplois dans certaines zones de l’intérieur, l’agriculture reste une des activités économiques principales du Pays Basque Nord. Véritable pilier d’un territoire qui se veut résilient et souverain, l’agriculture paysanne doit être soutenue. Le Labourd, la Basse-Navarre et la Soule ne manquent pas d’alternatives vertueuses qui, via les circuits courts, la relocalisation de l’économie et la création d’AOP et d’AOC, dessinent les contours d’un modèle agricole basé avant tout sur les besoins des producteurs et des consommateurs du Pays Basque Nord. Outre ces alternatives, les outils de proximité tels que les abattoirs (comme celui de Mauléon, dernièrement malmené) sont à promouvoir. Il en est de même pour les outils de transformation des filières du jus de pomme, du cidre et des laiteries.

Alors que la moitié des paysans prendront leur retraite d’ici à 2030, le renouvellement de génération n’est pas un sujet à prendre à la légère. Il faut permettre à la nouvelle génération d’accéder au foncier et de garder des fermes à taille humaine. Des aides publiques doivent accompagner leur installation. En vue de la production d’une large palette de produits sur notre territoire, la promotion de l’installation de maraîchers est également un enjeu majeur.

Enfin, EH Bai appelle de ses vœux à la création d’un Office public de l’agriculture.

À l’aune des défis climatiques, économiques et sociaux auxquels nous devons faire face, il nous semble important de décider ici des outils dont nous avons besoin pour faire vivre l’agriculture sur notre territoire et assurer la sécurité alimentaire de ses habitants. Les institutions du Pays Basque Nord doivent être souveraines afin de prendre des engagements forts en matière d’alimentation durable et de défense des terres nourricières.

0 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.