Le temps presse ! Ion, Jakes eta Unai gurekin!

Ce samedi, aura lieu au Pays Basque le rendez-vous annuel majeur pour exiger la libération des prisonnier.es politiques. Au Pays Basque nord, nous nous retrouvons à Bayonne à 15h. Pour ce qui est du Pays Basque sud, ce rendez-vous prendra la forme de mobilisations décentralisées. Bien que les formats soient différents, l’objectif reste le même : interpeller Paris et Madrid afin d’avancer vers un processus de paix initié par la société civile du Pays Basque, en faisant des pas sur la voie du rapprochement des prisonniers politiques basques, et ce jusqu’à ce que le.la dernier.e réfugié.e et prisonnier.e politique rentre chez lui.elle.

Cette année marque le 32e anniversaire de l’emprisonnement de Jakes Esnal, Unai et Ion Kepa Parot. 32 années passées loin de chez eux, loin du pays. Ces dernières années, un certain nombre de demandes de libération ont été faites, qui ont toutes les unes après les autres été rejetées. En octobre dernier, cela faisait un an que Xistor Haranburu était sorti de prison. Nous espérions qu’il s’agissait là, d’une première étape du processus de libération. Malheureusement cela n’a pas été le cas, et nous ne pouvons que constater l’état de blocage devant lequel nous nous trouvons aujourd’hui.

Pourtant ces dernières années de nombreuses mesures en faveur de ce processus de paix ont été prises par la majorité politique et sociale du peuple basque. Du désarmement à la dissolution de l’ETA, ces démarches ont toujours été entreprises dans le seul but de parvenir à une paix juste et durable au Pays Basque. Mais ce processus ne peut être unilatéral et Paris et Madrid doivent entendre et prendre en compte la voix du Pays Basque.

S’il convient de noter que ces derniers mois Madrid a pris des mesures pour rapprocher les prisonnier.es, force est de constater que la route reste encore trop longue. A l’inverse, le gouvernement français, après avoir fait un pas constructif, est rentré dans une phase de blocage que l’on ne peut que déplorer. Par la mobilisation de samedi, nous voulons réaffirmer qu’il est temps de libérer tou.tes les prisonnier.es politiques basques, afin qu’ils et elles puissent rejoindre leurs ami.es et leur famille au pays.

EHBai a toujours compté parmi les premiers soutiens et relais de cette revendication nécessaire, que nous souhaitons aujourd’hui réaffirmer. Nous continuerons à travailler jusqu’à ce que le dernier militant.e rentre libre au Pays Basque et c’est pourquoi nous nous joignons à la phase de désobéissance civile initiée par Bake Bidea et les Artisans de la Paix.
Nous avons le premier rendez-vous dans cet objectif ce samedi 8 janvier et nous tenons à souligner que nous y serons présent.es. En ce sens, nous appelons tou.tes les habitantes et habitants du Pays Basque à se joindre à nous dans cette nouvelle phase.

0 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.