Zorionak Kanakia !

Le 2 février dernier, les membres du gouvernement Kanak appartenant à l’UC-FLNKS (Union Calédonienne – Front de Libération Nationale Kanak et Socialiste) et de l’UNI (Union Nationale pour l’Indépendance) ont démissionné. Leurs suppléant.es sur les listes ayant fait de même, le Gouvernement a été déclaré démissionnaire par le Président du Congrès selon la procédure en vigueur.

Elu en juin 2019, le gouvernement composé de 11 membres comportait 5 élu.es indépendantistes qui ont donc démissionné en début de mois. En pleine crise sanitaire qui touche durement la Nouvelle Calédonie, les désaccords se multipliaient entre les forces politiques de Kanaky.

Les indépendantistes dénoncent un dialogue rompu entre la Kanaky et Paris. Alors que se prépare déjà le troisième référendum, UC-FLNKS et UNI estiment que le président du gouvernement n’assurait pas la nécessaire négociation avec la France. De plus, le dossier du nickel et en particulier de la cession de l’Usine du Sud creuse de profonds désaccords entre indépendantistes et loyalistes. Ces derniers privilégient les intérêts des multinationales au détriment de la population locale, des autorités coutumières et des forces politiques locales. L’enjeu de ce dossier est double, environnemental avant tout mais aussi la question des 3000 emplois locaux.

Cette situation de blocage général se manifeste également par le retard pris autour du vote du budget et l’impossibilité de dialogue vécue par les indépendantistes au sein du gouvernement.

En conséquence de cette démission prononcée, le Congrès disposait de deux semaines pour se réunir et élire un nouveau gouvernement. C’est chose faite ce jour puisque le Congrès a voté pour le 17ème gouvernement Kanak.

L’UC-FLNKS et l’Eveil Océanien avaient fait liste commune, l’UNI avait posé sa propre liste. Grace à l’accord entre ces mouvements pro indépendance, le Gouvernement est composé de 6 membres indépendantistes sur les 11 au total. Avec cette courte majorité, c’est donc la première fois que le Gouvernement collégial, instauré par les accords de Nouméa, sera présidé par un indépendantiste.

EHBAI souhaite adresser ses pensées amicales, chaleureuses et notre soutien au peuple Kanak dans le combat qu’il mène pour sa liberté, son émancipation et sa souveraineté.