La bonne nouvelle vient de tomber… Frédéric Haranburu « Xistor » a reçu un avis favorable de la Cour d’Appel de Paris suite à sa demande de libération conditionnelle.

Le processus de paix, entamé depuis de longues années de manière unilatérale et qui s’est heurté depuis à un véritable mur de la part des états français et espagnol, passe une étape importante. Le choix de la paix, d’une paix durable, soutenu par la grande majorité de la société d’Euskal Herri et encore confirmé par les nombreuses mobilisations récentes est le choix de tous les acteurs du Pays Basque.

Cessez le feu, désarmement, dissolution… Toutes les étapes franchies ces dernières années l’ont été de la seule volonté du peuple basque d’avancer vers une paix durable, sans vainqueurs ni vaincus. Il y a bien eu le désarmement et quelques rapprochements mais globalement l’attitude de l’état français et de l’état espagnol et de leurs justices n’ont rien fait pour avancer.

C’est pour cela que nous saluons et applaudissons aujourd’hui la décision de la Cour d’Appel de Paris. Il nous tarde de revoir notre ami parmi nous dans quelques semaines. Cette décision est le fruit des nombreuses mobilisations populaires. Cette mobilisation ne doit pas faiblir. Nous poursuivrons jusqu’à voir parmi nous le/la dernièr.e prisonnièr.e politique, nous ne lâcherons rien jusqu’à ce que le/la dernièr.e exilé.e puisse retrouver son pays.

Nous espérons que d’autres décisions de la même veine suivront bientôt, en particulier concernant Jakes, Jon, Unai et plus généralement pour tou.tes les autres prisonnièr.es politiques.

La lutte n’est pas terminée, elle doit se poursuivre afin d’arriver à une paix durable et construire le vivre ensemble auquel nous aspirons tou.tes. Mais sur le chemin de la résolution intégrale du conflit basque, de ses conséquences et de ses origines, la décision d’aujourd’hui qui nous permettra de voir bientôt Xistor parmi nous, nous réjouit au plus haut point.

Ongi Etorri Xistor!