EHBai appelle tous les Euskaltzale à participer à la chaîne humaine organisée par Euskal Konfederazioa et toutes les associations de parents d’élèves sous le slogan “L’Euskara a besoin de l’immersif”, le samedi 10 octobre prochain, à 11 heures à Bayonne.

Depuis ses débuts dans les ikastola, le système immersif a été expérimenté dans les écoles privées et publiques et a fait ses preuves pour que les enfants deviennent bascophones, même s’ils vivent dans des familles non-bascophones. De plus, il a été maintes fois prouvé que le système immersif est bénéfique pour le développement et le processus d’apprentissage de l’enfant.

Le système d’immersif n’est pas suffisant pour assurer l’avenir de l’euskara, mais il est indispensable pour augmenter le nombre d’euskaldun ces prochaines décennies. En ce sens, EHBai affirme qu’au lieu de limiter l’expérimentation pour ces prochaines années, il faut aller vers la généralisation de ce système afin que tous les enfants d’Iparralde puissent apprendre et connaître la langue de leur lieu de vie.

Pourtant, la décision de la rectrice de Bordeaux de s’opposer à l’ouverture d’une filière immersive à l’école publique de Saint Pierre d’Irube va dans le sens contraire. Cela limite le développement de l’enseignement en langue basque que l’on a connu ces dernières années. Par conséquent, elle remet en cause toute la politique linguistique en faveur de l’euskara.

Cette décision est venue du ministère et sa motivation est très idéologique. Elle fait une interprétation la plus réductrice possible de l’article 2 de la Constitution : dans les écoles de la république, il est impossible d’utiliser une autre langue que le français. Cette décision dépasse donc la seule demande d’Hiriburu, c’est le système d’immersion qui est attaqué, non seulement dans les écoles publiques, mais aussi dans les écoles privées ou dans les ikastola.

Une telle situation est inacceptable selon EHBai et il est urgent de se mobiliser pour faire changer l’attitude de l’État.