EHBai dénonce fermement la décision de la rectrice de Bordeaux de refuser la mise en place d’une filière immersive à l’école de Saint Pierre d’Irube.

Prenant comme fausse excuse la loi du 26 juillet 2019, l’Éducation Nationale tourne le dos à sa mission de transmission de l’Euskara via l’école. Mais elle s’oppose en plus à la volonté de la majorité des parents d’élèves de l’école de Saint Pierre d’Irube. Enfin, elle porte atteinte de manière frontale au développement du système immersif mis en place ces dernières années sous la forme d’une expérimentation dans les écoles publiques.

Cette décision n’a aucun fondement pédagogique, ni raison économique, elle est le seul fait d’un position idéologique du ministère de l’Éducation Nationale.

Au-delà de ça, cette décision démontre une fois de plus le mépris et le dénis dans lequel s’entête l’état français vis-à-vis du Pays Basque. Méprisant l’adhésion large et transpartisane du Pays Basque Nord en faveur de l’euskara, l’état français impose dans sa doctrine aux forts relents nationalistes : le français est la seule et unique langue de la république.

Pour construire un Pays Basque bascophone habité par des personnes plurilingues, une politique linguistique audacieuse doit être mise en place. C’est pourquoi nous réitérons notre demande de voir mis en place, ici en Pays Basque, les outils de décisions nécessaires permettant d’assurer à l’Euskara la place qui lui revient dans le système éducatif.