L’Assemblée Générale extraordinaire d’EHBAI était réunie hier soir afin de définir la stratégie de notre mouvement pour l’élection de la présidence de la CAPB. Nous souhaitons aujourd’hui souligner la qualité des échanges qui ont été les nôtres hier au sein de notre Assemblée Générale.

Le débat qui se posait aux militant-e-s EHBAI hier soir était celui de la stratégie politique à tenir vis-à-vis de la composition des instances de la Communauté Pays Basque. A l’analyse des éléments portés à notre connaissance à ce jour, compte tenu de la situation politique générale d’Iparralde, les militant-e-s EHBAI ont estimé que les conditions ne sont aujourd’hui pas réunies pour présenter une candidature issue du camp abertzale le 17 juillet prochain.

Une candidature abertzale incarnée par Alain Iriart aurait été tout à fait légitime. Par ailleurs, au vu de ses compétences, il est évident pour tou-te-s qu’il ferait un très bon Président de la CAPB. Ceci étant, nous avons mené ces derniers jours une réflexion en commun avec lui autour de l’opportunité de présenter une telle candidature. Ce sont des éléments du contexte politique, une analyse de la conjoncture actuelle qui nous ont amené à prendre cette position.

Ceci étant dit, les abertzale doivent être représentés dans les différentes instances de la gouvernance intercommunale. Nous aspirons à participer activement au développement des politiques publiques ces six prochaines années, à porter notre voix et notre vision d’Ipar Euskal Herri pour 2026. Ceci passe sur le champ institutionnel, notamment par une représentation significative et une implication forte au sein de l’exécutif. Nos élu-e-s sont mobilisé-e-s au sein des commissions territoriales pour obtenir une représentation en adéquation avec le soutien obtenu dans les urnes.

La crise économique et sociale qui se profile, l’état d’urgence climatique, la défense de l’Euskara et la poursuite du processus de paix exigent des réponses politiques et institutionnelles à la hauteur de ces enjeux. Nous sommes prêt-e-s à prendre des responsabilités, à œuvrer pour tou-te-s les habitant-e-s du Pays Basque. Nous serons également de celles et ceux qui pousseront pour un fonctionnement amélioré de l’institution Pays Basque, plus démocratique, plus lisible pour les habitant-e-s et qui réinvestit pleinement les pôles territoriaux pour une meilleure connexion aux communes.