Hier, la cour d’appel de Paris s’est prononcée favorablement à la remise en liberté de Josu Urrutikoetxea, suivant ainsi les requêtes du procureur général. EHBAI et EHBILDU souhaitons adresser notre soutien chaleureux à Josu, sa famille et ses amis. Et redire encore une fois que Josu devrait être en Euskal Herri entièrement libre.

Comment ne pas dénoncer le traitement cruel et revanchard qu’a subi Josu cette dernière année ? Arrestation, emprisonnement, libération décidée selon les procédures françaises, maintien en détention en utilisant les
procédures espagnoles malgré son état de santé plus que préoccupant et nécessitant des soins particuliers.
Il a également dû subir de plein fouet le traitement d’exception réservé aux prisonniers politiques basques alors même que nous étions en période de pandémie. En le maintenant en prison, des risques inconsidérés ont été pris avec sa santé tout comme avec celle de Jakes, Xistor, Jon, Gurutz ou Ibon.

Si nous nous réjouissons de la libération conditionnelle de Josu elle n’efface pas la colère de la société basque provoquée par les décisions et les attitudes des procureurs et tribunaux ces derniers mois.

Alors qu’il est grand temps de vider les prisons, la semaine dernière Paris décidait l’incarcération de Mikel Barrios et récemment encore ils condamnaient Jakes Esnal à la mort !Nous ne pouvons accepter celà. Tout comme Josu, Jon, Jakes et Xistor doivent être parmi nous. Aujourd’hui nous répétons encore plus que jamais, qu’il est temps de faire des pas en faveur d’une paix durable. Pour cela la mobilisation doit encore se renforcer.

Nous ne pouvons accepter que les prisonnier-e-s ayant accompli les trois-quarts de leur peine et que les malades soient toujours emprisonné-e-s. Nous ne pouvons accepter que les prisonnier-e-s politiques basques soient détenu-e-s à des centaines de kilomètres de chez eux, condamnant ainsi les proches à une double peine. Le non-respect des droits des prisonniers politiques est inacceptable !

Il est de temps de libérer tou-te-s les prisonnier-e-s politiques basques. Il est grand temps que tous les réfugié-e-s politiques puissent rentrer au Pays Basque.