Du 24 au 26 aout dernier nous avions dû subir le sommet des 7 puissances mondiales à Biarritz, au Pays Basque et celui-ci montre encore ses conséquences au sein de la société : plus de 160 interpellations, 5 incarcérations, une vingtaine de procès d’ici la fin de l’année et bon nombre d’interdictions du territoire parmis lesquelles 500 militant-e-s basques dont les fiches d’informations ont été fournies par les autorités espagnoles. Aujourd’hui, les conséquences de l’ultra-sécurisation du Pays Basque et la répression accrue sont encore visibles. En effet, une douzaine de personnes sont convoquées au tribunal de Bayonne. EHBAI souhaite adresser son soutien au personnes convoquées et dénoncer la tenue de ce genre de procès.

Comme nous l’avions dit au lendemain du sommet, nous réitérons nos propos aujourd’hui, notre pays a été véritablement mis en état de siège jour et nuit pendant plus d’une semaine. Les forces de l’ordre ont imposé un climat de peur pour tous les habitants et les commerçants. Les droits fondamentaux de chacun ont été bafoué : droit de manifester, droit de circulation libre et même droit d’expression n’ont pas été assurés. L’organisation même de ce sommet montre son illégitimité.

Il est complètement anormal et inacceptable d’entretenir encore la répression et la peur. Ce procès n’a pas lieu d’être ! Les forces répressives entretiennent la peur sur les militant-e-s afin d’entraver la construction d’alternatives crédibles. Nous sommes à la veille de nouvelles mobilisations sociales, cela n’est pas anodin. Nous poursuivrons le travail en faveur d’une société plus juste.