Le contre-sommet démarre

Ce mercredi 21 août démarre le sommet alternatif au G7 organisé dans l’irresponsabilité la plus totale à Biarritz par le gouvernement Français avec à sa tête le président Macron. Un sommet imposé de A à Z à un territoire qui s’en serait bien passé. Une décision prise en catimini, sans aucune concertation préalable. Reflet de la verticalité du pouvoir. Une décision hors-sol pour un sommet hors-sol.

Le monde qu’il nous propose et pour lequel ils se réunissent en grande pompe à nos frais se base sur l’individualisme, le repli, la dérive sécuritaire, les inégalités sociales, le rejet des plus défavorisés, la négation de l’urgence climatique afin d’asseoir la domination d’une minorité de plus en plus méprisante.

Malgré les efforts de communication déployés par les représentants du pouvoir pour vanter les retombés du G7 en termes de notoriété, au Pays Basque personne n’est dupe. Pour les habitants du Pays Basque le sommet du G7 est un rendez-vous imposé par Macron qui va perturber leur quotidien pendant deux semaines. Qui plus est, un rendez-vous dans lequel des décisions seront prises sans les consulter.

Pourtant, ce sont plus de 80 mouvements et acteurs politiques, syndicaux et sociaux du Pays Basque et d’ailleurs, dont EH bai, qui se sont unis afin de dire stop à cette fuite en avant.

Et dans ce contexte, le choix du Pays Basque n’est pas le fruit du hasard. Notre pays représente à bien des égards l’inverse de ce monde qu’il souhaite nous imposer par la force.

D’une part, Euskal Herria représente la lutte d’un peuple pour sa survie et de sa volonté à décider de son futur.

Et d’autre part ce territoire a su s’organiser. La société Basque a su et continue à s’organiser de manière collective pour répondre aux différents enjeux climatiques, sociétaux et économiques. Les exemples ne manquent pas : Laborantza Ganbara, Eusko, Enargia, les coopératives de consommateurs, les coopératives d’activité et d’emploi, E.P.F.L., Lurzaindia, ikastola, collectif de soutien aux migrant-e-s et un long etcetera démontrent qu’un collectif organisé peut s’opposer au diktat de l’individualisme et construire une société plus juste.

La réunion de ces 7 forces porte un message pessimiste qui doit amener les citoyen-ne-s à ne plus croire en l’avenir et à intégrer le fait que de construire une alternative est impossible et cause perdue. Et qu’il vaut mieux se résigner. Et Les modalités de ce sommet reflètent le fonctionnement et l’ADN du gouvernement et du chef de l’État qui le préside : ils ne prennent pas en considération la réalité du territoire, des acteurs majeurs et des mouvements sociaux de ce territoire. Pire, ils méprisent le peuple.

Face à cette mascarade, EH bai se joint au sommet alternatif qui débute et dont l’objectif sera de poser les bases communes d’une alternative et d’échanger des expériences qui démontrent qu’un autre monde est possible.

Malgré une présence policière étouffante et la prise en otage de la côte Basque, EH bai appelle l’ensemble de la société Basque à venir participer au sommet alternatif qui se tiendra ces prochains jours sur Hendaia-Irun.

Enfin, nous tenons aussi à lancer un appel en particulier aux habitant-e-s d’Hendaia-Irun et de l’ensemble du bassin de vie de Txingudi pour qu’ils elles ne tombent pas dans les amalgames et la paranoïa alimentés par les services de l’Etat et dont la présence policière et les mesures annoncées ne font que croitre. A ce titre, nous souscrivons au fait que ce sommet alternatif sera coloré, pacifique et familiale.

Cet article est également disponible en : Basque

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *