Première anniversaire de la déclaration d’Arnaga

Communiqué commun d’EH Bai et EH Bildu

Aujourd’hui, un an après la déclaration d’Arnaga et de la dissolution de l’ETA, EHBAI et EHBILDU avons organisé un conférence de presse à Donostia – Saint-Sebastien.

Il y a tout juste un an, le 4 mai 2018, la déclaration d’Arnaga était rendue publique à Cambo les Bains. Cela constituait un moment historique d’un long chemin remplit de difficultés et d’obstacles : opérations policières, arrestations et entraves au processus de paix. Car dans ce processus de résolution du dernier conflit armé d’Europe tous les acteurs n’avaient pas tous fait le nécessaire et eu une démarche constructive pour y parvenir.

La majorité de la société basque et des différents acteurs politiques s’était engagée dans ce processus et c’est grâce à cela que les fortes mobilisations de ces dernières années ont pu avoir lieu. ETA de son côté avait répondu favorablement aux engagements demandés par les experts internationaux en mettant fin à son activité armée dans un premier temps puis en procédant, avec la participation de la société civile, à son désarmement intégral et vérifiable

La déclaration d’Arnaga soulignait bien l’importance du moment historique que nous vivions : « Ce moment est un moment capital pour l’ensemble de l’Europe puisque le dernier conflit armé du continent est en train de se terminer. ». Aujourd’hui nos deux organisations politiques, EHBAI et EHBILDU, souhaitons redire tout notre engagement derrière cette déclaration pleine d’espoir en faveur de la paix et d’un vivre-ensemble démocratique.

Malheureusement des sujets capitaux ne sont pas encore résolus comme par exemple le cas des prisonniers politiques basques, des réfugiés et déportés. Ces collectifs, tant celui des prisonniers que celui des exilés, ont fait des pas importants pour faciliter la résolution du conflit. Nous reconnaissons la sincérité de leur engagement et souhaitons ici les remercier et même les féliciter pour ces actes responsables

EHBAI et EHBILDU avons clair que la société a le droit de connaitre toute la vérité, que la société doit connaitre toute la vérité. C’est seulement cela qui favorisera la paix. Dans une société aussi plurielle que celle du Pays Basque toutes les sensibilités doivent être respectées, chacun a le droit à son récit qui lui est propre. C’est pour cela que nous devons agir de manière responsable, respectueuse afin de composer une mosaïque de récits multiples.

Lire le communiqué dans ça totalité

Cet article est également disponible en : Basque

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *