Le président et sa majorité sont socialement et écologiquement irresponsables !

Depuis maintenant trois semaines, le mouvement des « Gilets Jaunes » rassemble quotidiennement des milliers et des milliers de personnes. Au travers de ces blocages, barrages filtrants et autres manifestations un ras le bol général s’exprime. Ce mouvement citoyen spontané a évolué au fil de ces trois semaines. Le gouvernement a tenté d’y apporter une réponse. Une fausse bonne réponse… Plus que de répondre aux revendications, Edouard Philippe et Emmanuel Macron continuent de vouloir diviser.

Pour une véritable justice sociale
La taxe carbone sur les produits pétroliers et l’alignement du prix du gasoil sur l’essence ont été les déclencheurs de la colère actuelle. Ces mesures que nos dirigeants actuels ont essayé d’habiller de vert en brandissant l’argument de l’écologie sont injustes.

Elles sont injustes car elles font peser sur les plus modestes le principal de l’effort demandé alors « qu’en même temps » ce gouvernement a supprimé l’ISF et distribue des cadeaux aux plus grosses entreprises -les plus polluantes soit dit en passant- via des dispositifs comme le CICE. Mais ces mesures ne vont pas non plus dans le sens d’une lutte contre le réchauffement climatique car on le sait aujourd’hui, la majeure partie des sommes récoltées via cette taxe carbone était prévue en recette du budget général de l’état et pas du tout en faveur de la transition écologique.

La bataille à ne pas perdre
En laissant penser que la pression fiscale doit sensiblement augmenter pour financer la transition écologique, le gouvernement joue au pompier pyromane. La transition écologique n’est pas un coût brut. C’est un investissement pour notre avenir commun qui créera de nombreux emplois et fera faire des économies demain.

Le dernier rapport du GIEC nous alerte encore une fois sur le fait que la bataille en faveur du climat n’est pas perdue mais que l’on doit agir vite. Les belles paroles doivent être suivies d’effets et d’actes concrets. L’Accord de Paris sur le climat signé par 196 pays avec pour objectif de contenir le réchauffement en dessous des 2°C, prévoyait de baisser de 5% les émissions de gaz à effet de serre. Pourtant aucun pays n’est dans les clous des mesures prévues dans cette accord. Pour exemple, la France a augmenté de plus 3% ses émissions de gaz à effet de serre en 2017.

La fiscalité constitue un levier inévitable pour avancer sur le chemin de la transition écologique. Une taxe carbone juste peut exister et doit être mis en place. Elle s’appliquerait à l’ensemble des carburants (kérosène et fioul de cargo y compris) et globalement à toutes les énergies fossiles. Cette taxe permettra de financer des grands plans comme par exemple l’isolation des logements, le développement des transports en communs, le déploiement d’énergies renouvelables et la défense d’une agriculture paysanne et durable… Toutes ces mesures amèneront plus de pouvoir d’achat aux citoyens et permettront de faire face aux inévitables augmentations des carburants dû aux coûts d’exploitation qui vont exploser ces prochaines années. Mais cette taxe carbone permettrait également d’alimenter un fond de solidarité afin que l’effort fiscal soit neutre pour les ménages précaires et modestes. L’effort serait donc supporté par les plus riches, par ceux qui chaque année font disparaitre plus de 100 milliards d’euros dans l’évasion fiscale.

En choisissant délibérément d’aider les plus riches, Emmanuel Macron remet une pièce dans la machine capitaliste. Celle-là même qui crée des inégalités sociales, qui fait les poches des plus pauvres pour faire des riches des gens encore plus riches et qui supprime à tour de bras des services publics dans nos territoires. La même machine capitaliste qui détruit la planète, dégrade nos conditions de vie et épuise les ressources naturelles.

Le président et sa majorité sont socialement et écologiquement irresponsables !

Ce samedi 8 décembre près de 200 rendez-vous sont fixés pour marcher en faveur du climat. Il est important que tout le monde se rassemble dans ces manifestations afin de faire entendre notre colère et notre volonté de mettre la bataille climatique au centre des intérêts. Rendez-vous est donné à Bayonne devant la mairie à 10h ainsi qu’à Saint Jean Pied de Port à 14h30.

Cet article est également disponible en : Basque

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *