Communiqué d’EHBAI et EHBILDU pour ce 1er octobre

Un an après le référendum catalan du 1er octobre 2017, EH Bildu et EH Bai réaffirment leur positionnement en faveur du droit à décider ainsi que de la totale résolution du conflit politique.

En cette date anniversaire un peu spéciale, EH Bildu et EH Bai défendent le droit des peuples à décider et l’application effective de ce droit, la résolution des problèmes politiques et sociaux des sociétés avancées résidant dans la démocratie et la consultation des peuples. Il en a été ainsi et il en sera ainsi dans les conflits opposant le Canada et le Québec, le Royaume-Uni et l’Écosse, le Danemark et les Îles Féroé…

Les États espagnol et français ont quant à eux un autre concept de la démocratie, un concept ne prenant pas en compte le caractère démocratique du droit à décider. Les images du jour du référendum catalan en sont la preuve. Ce jour-là, l’État espagnol a montré à la face du monde qu’il était loin d’être un État démocratique: des milliers de catalans blessés par les coups de la police alors qu’ils s’étaient déplacés aux urnes de façon pacifique. Mais ce n’est pas tout. A ce jour, des responsables politiques catalans sont toujours incarcérés pour avoir organisé ce référendum et de hauts représentants, dont le président de la Generalitat en exercice lors du référendum, en exil. Un an après cette journée, EH Bildu et EH Bai ont une pensée pour le peuple catalan ainsi que pour ses prisonniers politiques et ses représentants institutionnels légitimes poussés à l’exil. Nous leur témoignons notre soutien et notre solidarité.

Même si les catalans ont payé et continuent à payer les conséquences de l’organisation de ce référendum, EH Bildu et EH Bai souhaitent souligner le fait que le 1er octobre 2017 le peuple catalan s’est prononcé sur son avenir politique. Malgré les obstacles juridiques, politiques et judiciaires mis par l’État espagnol, la Catalogne a montré à l’Europe et au monde entier qu’il était possible de rendre effective la consultation d’une population sur son avenir politique. S’il n’y avait qu’une leçon à retenir du 1er octobre 2017, ce serait celle-là.

Cela étant dit, EH Bildu et EH Bai, qui regroupent la gauche souverainiste du Pays Basque, réaffirment au peuple basque que leurs objectifs principaux restent le droit à décider ainsi que la construction d’un Pays Basque basé sur l’égalité et la justice sociale. La construction d’un Pays Basque libre et démocratique s’articulant sur d’autres paramètre sociaux et politiques passe nécessairement par la voie de la souveraineté. Nous nous attelons à cette tâche.

Mais, en ce jour de 1er octobre, ce n’est pas le seul message que EH Bildu et EH Bai souhaitent passer à la société basque. Ici, au Pays Basque, presque 5 mois après la dissolution de l’organisation ETA, nous sommes encore loin d’une paix pleine et totale. Au Pays Basque nord, les artisans de la paix ont montré la marche à suivre pour y parvenir : un travail d’initiative populaire dans un premier temps, suivi du soutien d’une classe politique responsable et engagée. C’est la seule voie qui nous permettra d’avancer et d’échapper à des schémas dépassés et d’un autre temps.

En effet, certains souhaitent encore, et surtout au sein de l’État espagnol, s’alimenter du conflit et de sa résolution à de seules fins politiques et électorales. Certains pensent la sortie du conflit dans une logique “gagnants-perdants” et souhaitent la véhiculer à la société. D’autres encore comprennent les notions de paix et de démocratie seulement en fonction de leurs intérêts. Les États français et espagnol en font la démonstration aujourd’hui même à Madrid en proposant cette image de gagnants d’un côté, perdants de l’autre. Nous ne comprenons pas, pourquoi le président de la CAV, Iñigo Urkullu, participe à cet acte. Cela met en lumière qui ne partage pas le réel souhait qu’a la société basque: Une paix intégrale. Dans ce sens, nous ne comprenons pas pourquoi il ne souhaite pas participer dans des actes qui promeuvent la paix intégral et le vivre ensemble.

EH Bildu et EH Bai réaffirment leur engagement pour parvenir à une paix totale au Pays Basque. Une paix partielle et en demi-teinte reposant sur une logique “gagnants-perdants” n’est pas une paix réelle. Et c’est une paix réelle que souhaite le peuple basque et dont il a besoin.

Cet article est également disponible en : Basque

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *