Pour un politique d’accueil et d’intégration

 

EH BAI soutient la marche organisée par BIZI les 13 et 14 juillet prochains vers le centre de rétention des migrant.e.s (CRA) d’Hendaye et appelle à y participer en nombre.

En effet, la rétention administrative des migrant.e.s est en quelque sorte le symbole de la politique migratoire de la France et de l’Europe que nous dénonçons.

La politique européenne peut être résumée ainsi : fermeture et verrouillage des frontières de l’Europe, enfermement de ceux et celles qui parviennent, au risque de leur vie, à la rejoindre et expulsions massives.

Dans l’Etat français, la loi « asile et immigration » déjà votée en première lecture par les députés et les sénateurs va être définitivement adoptée dans les prochains jours. Elle aggrave considérablement la situation répressive et de non-accueil déjà en place.

Cette loi prévoit notamment l’allongement de la rétention c’est-à-dire d’emprisonnement des personnes migrantes de 45 à 90 jours, mesure particulièrement dénoncée par les associations comme purement punitive, leur situation étant généralement examinée en quelques jours.

D’autres mesures rendent encore plus difficile l’obtention du droit d’asile, notamment la réduction du délai d’instruction des demandes d’asile et de recours lorsque la décision de l’OFPRA est négative ; cette réduction vise en fait à rendre encore plus difficile le dépôt des dossiers et leur préparation avec l’aide de juristes et/ou d’associations.

Ainsi, tout est fait pour empêcher les personnes migrantes souhaitant s’installer dans l’Etat français de déposer leur demande d’asile ; de ce fait, elles sont considérées en situation irrégulière et peuvent être arrêtées à tout moment et placées en rétention, tout comme les « déboutés » du droit d’asile et les « dubliné.e.s » enregistré.e.s dans le premier pays d’arrivée en Europe.

 

La loi « asile et immigration » est de fait déjà appliquée, avant même son vote définitif.

Ainsi depuis sa réouverture, le Centre de rétention administrative (CRA) d’Hendaye a vu son taux d’occupation explosé depuis sa réouverture en avril  : en 3 mois 280 personnes y ont été placées en rétention (500 pour toute l’année dernière).

EH BAI dénonce ces politiques répressives et discriminatoires, non respectueuses des droits humains fondamentaux et se prononce pour une politique d’accueil et d’intégration des migrant.e.s en Europe, dans l’Etat français et au Pays Basque.

Dans ce but, EH BAI appelle à participer à toutes les mobilisations contre les politiques migratoires actuelles en France et en Europe, notamment à celle des 13 et 14 juillet, et à renforcer les associations de solidarité et d’accueil des migrant.e.s au Pays Basque.

Cet article est également disponible en : Basque

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *