Réaction aux propos tenus par le préfet G. Payet

Euskal Herria Bai souhaite manifester son effarement face aux propos tenus par le préfet Payet dans les colonnes du quotidien Sud-Ouest samedi dernier 2 juin.

Au-delà du soutien à Euskal Moneta dans la procédure judiciaire qui la concerne, EH Bai tient surtout à souligner le caractère abject des déclarations du préfet lorsqu’il affirme « qu’on est au Pays Basque dans un système curieux de recherche d’une forme d’unanimisme » qu’il qualifie par ailleurs d’identitaire et que « celui qui ne rentre pas dans le rang est qualifié d’opposant au Pays Basque », se posant ensuite lui-même comme garant du « libre arbitre » et de la « démocratie » comme si ceux-ci étaient menacés.

Si la fonction d’un préfet consiste bel et bien en partie à garantir la légalité républicaine, EH Bai rappelle qu’en démocratie la souveraineté réside dans le peuple et les élu-es dont il se dote, et que loin est le temps durant lequel ces derniers se pliaient aux diktats de la préfecture. EH Bai appelle donc d’abord le préfet Payet à cesser de jouer à l’empereur au petit pied et à respecter l’autonomie des collectivités locales en cessant de colorer de considérations de nature politique les conclusions de ses contrôles de légalité.

Par ailleurs, EH Bai souligne le caractère parfaitement démocratique dans lequel se déploie la vie politique au Pays Basque, notamment les mobilisations autour de l’institution, de la langue basque ou du processus de paix de ces dernières années, les controverses naissant au contraire des freins constants opposés par l’État à des volontés majoritairement, légalement et pacifiquement exprimées. Si un libre arbitre est en péril au Pays Basque, c’est bel et bien celui d’une population en quête d’outils locaux de développement, de cadres sociaux ou culturels lui permettant d’affronter la mondialisation actuelle, de modes de vie à taille humaine ancrés sur un territoire ouvert et intégrateur.

Monsieur Payet n’étant en fonction à Pau que depuis moins d’un an, les réalités du Pays Basque lui échappent probablement ; mais encore pourrait-il dès lors faire montre de davantage de prudence et de mesure dans ses propos, au risque de paraître insultant et pour tout dire, de sombrer dans le ridicule.

Cet article est également disponible en : Basque

2 Comments

  1. mais le prefet est le représentant du pouvoir parisien, le jacobin en chef. les élus se plient devant lui, malgré le concept constitutionnel d’autonomie des collectivités territoriales. Les jacobins jouent toujours le même air de flute ou de pipeau si on veut.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *