Une victoire pour les paysans !

Les arrêtés préfectoraux viennent de tomber : les trois fermes de Gabat, Domezain et Barcus dont les élevages de poules et canards sont sains ne seront pas abattus préventivement mais placés sous surveillance sanitaire rapprochée comme le demandait depuis le début le syndicat ELB et les différents soutiens.

Cette décision est le fruit d’une mobilisation collective et déterminée de centaines et de centaines de personnes. L’enjeu n’était pas simplement de sauver ces volailles mais de défendre un modèle d’agriculture qui respecte les paysans, l’environnement et les consommateurs. La spontanéité des rassemblements ainsi que le nombre et la diversité des personnes qui y ont participé montrent bien l’attachement de la population à ces petites exploitations.

Tuer ces animaux sains n’avait aucun sens ! La volonté d’abattage ne relevait que d’une énième dérive d’un modèle industriel qui doit être complétement remis en question. Heureusement les mobilisations ont permis à deux reprises d’empêcher les services sanitaires de concrétiser une décision illogique. Le recours par les CRS, à l’entrée de la ferme située à Gabat, aux gaz lacrymogènes et aux fumigènes pour tenter de passer en force afin de procéder à l’abattage nous parait pour le moins incompréhensible, disproportionné voire même lamentable.

Nous espérons à présent que la situation pourra retrouver calme et sérénité. Que ces paysan-ne-s puissent continuer leur travail, primordial pour le territoire, au service d’une alimentation de qualité. Nous en appelons aux différentes autorités afin qu’aucune poursuite ne soit engagée à l’encontre des exploitant-e-s ainsi que des personnes qui se sont mobilisées devant les exploitations de manière pacifique. A plus long terme, il nous semble nécessaire de revoir les protocoles et les différentes normes sanitaires afin de les adapter aux petites exploitations chevilles ouvrières d’un modèle agricole qui privilégie la qualité de vie au profit.

Cet article est également disponible en : Basque

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *