EH Bai et EH Bildu dénonçons l’attitude des états français et espagnol

eh-bai-eh-bildu

Nous avons tenu hier une conférence de presse commune entre EHBAI et EHBILDU suite aux arrestations du week-end dernier à Ascain afin de dénoncer l’attitude des états français et espagnol.
L’opération policière de samedi dernier, démontre encore une fois que les deux états s’entêtent dans une logique de guerre et de blocage. L’organisation ETA a dit et confirmé à plusieurs reprises sa volonté de procéder à son propre désarmement, mais la France et l’Espagne, au lieu de favoriser ce processus, préfèrent mettre sous les verrous les membres de l’organisation qui travaillent justement pour faire avancer ce processus de désarmement. Pour connaitre des avancées significatives, le processus de paix a besoin d’un processus de désarmement organisé et validé par toutes les parties.

Les habitant-e-s du Pays Basque ne peuvent admettre que le processus de désarmement soit seulement conditionné aux intérêts et à la volonté des deux états. Au lieu de favoriser ce processus, la France et l’Espagne, par le biais de ces opérations policières, souhaitent l’entraver en imposant par la force un schéma « vainqueurs / vaincus », refusant par la même d’entendre les multiples voix en faveur d’une paix durable en Pays Basque. Il nous semble inacceptable et incompréhensible que Paris et Madrid bloquent le processus de désarmement et emprisonnent les gens qui œuvrent pour que celui-ci aboutisse. Les processus de paix menés dans d’autres pays n’ont jamais connu pareille situation. Nous appelons les deux états à mettre leur énergie et leurs moyens au service du processus de paix plutôt qu’au maintien d’une logique de guerre qui devrait appartenir au passé.
Les obstacles sont multiples, et les mesures d’exceptions mises en place récemment par l’état français en sont un exemple supplémentaire. Chaque évènement, chaque situation est un nouveau prétexte pour que le gouvernement français aille toujours plus loin dans la restriction des libertés et le contrôle permanent des citoyen-ne-s. La récente mise en place du fichier de renseignement FIJAIT qui s’applique également aux prisonniers politiques en est une démonstration supplémentaire.
Il est grand temps que les deux états fassent un avec la voie choisie et soutenue par la société basque et entament les démarches nécessaires à l’aboutissement de ce processus de paix.

Cet article est également disponible en : Basque

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *