Mediabask – Social, paix et EPCI : le trio gagnant d’EH Bai

L’organisation politique abertzale de gauche a livré ses réflexions autour de trois thèmes : le paysage socio-économique, la résolution du conflit et l’EPCI Pays Basque. Et compte peser pour 2017.

guz_eh_bai_prentsaurrekoa_glain_baiona_imiquelestorena02

Anita Lopepe et Peio Etcheverry-Ainchart ont balayé un certain nombre de sujets pour cette rentrée politique, positionnant EH Bai comme « véritable force de proposition et alternative pour le territoire ».

« Le gouvernement socialiste est entré dans une dérive sécuritaire préjudiciable ». EH Bai dénonce le climat délétère conditionné par les attentats islamistes. Et appelle au respect d’une identité intégratrice, comme le Pays Basque l’a toujours défendu. Il regrette que le gouvernement ne soit pas à la hauteur des enjeux sur cette question. « Les renoncements se multiplient », a dénoncé Peio Etcheverry-Ainchart. EH Bai appelle au contraire à l’accueil de migrants sur le territoire.

« Le social est devenu une variable d’ajustement » : L’organisation politique a là encore pointé le gouvernement « qui n’a de socialiste plus que le nom ». Dans le viseur également, la politique menée par le Département des Pyrénées-Atlantiques : baisse des subventions à la prévention spécialisée, transports scolaires devenus payants.

« Le Ceta sert de cache-sexe au Tafta, voire de tremplin » : Le mouvement abertzale appelle à une forte mobilisation pour s’opposer à ces traités de libre-échange le 15 octobre prochain à Bayonne.

« Le processus de paix reste bloqué malgré la déclaration d’Aiete et la décision unilatérale d’ETA de mettre fin au conflit armé » : Les militants condamnent avec force le mandat d’arrêt européen à l’encontre d’Emilie Martin. Et ont une nouvelle fois dénoncé la situation des prisonniers politiques basques. « Tous les processus ont montré que la paix passe par la libération de tous les prisonniers », a appuyé Anita Lopepe.

« Ce n’est pas seulement le préfet qui a décidé de la construction de l’EPCI, mais une très large majorité des conseils municipaux ». Pour EH Bai, l’heure est à la construction de la future instance. « Nous appelons les élus à renoncer aux recours ». EH Bai reconnaît par ailleurs certaines contradictions internes concernant ses membres élus dans des majorités municipales opposées au projet.

EH Bai et ses comités locaux œuvrent à la construction d’un projet pour l’EPCI. Le socialiste Mehdi Ouraoui avait appelé à un projet commun à l’aune de la future instance. « EH Bai construira son propre projet pour cet EPCI. Nous verrons ensuite s’il y a des convergences avec d’autres forces politiques », a précisé Anita Lopepe.

La coalition présentera vraisemblablement des candidats aux 4e, 5e et 6e circonscriptions des Pyrénées-Atlantiques pour les législatives 2017. La question, ainsi que celle d’un éventuel soutien à un candidat à l’élection présidentielle sera tranchée le 22 octobre prochain lors de l’assemblée générale d’EH Bai à Ustaritz.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *