Ce sont plus de mille personnes qui ont marché au cœur de la ville de Biarritz avec un slogan : « faisons reculer les peurs, avancer les droits » ; un mot d’ordre  qui signifiait que notre engagement n’est pas communautariste mais vise à favoriser la convergence de celles et ceux qui luttent contre toutes les discriminations. La participation de la LDH, d’Amnesty, du Planning familial, de EHZ au sein de cette marche attestent de cette volonté.

L’association des Bascos est engagée ainsi sur de nombreux fronts : les droits des Lesbiennes, Gays, Bi et Trans (LGBT) bien sur,  mais aussi au coté des associations féministes, des associations qui agissent en faveur des personnes en situation de handicap ou au sein du collectif Solidarité migrants – Etorkinekin.

La manifestation de cette année a été marquée par la tragédie d’Orlando avec une prise de parole et une minute de silence place Clémenceau.

Dans la soirée ce sont près de 300 personnes qui ont dansé à la maison des associations de Bayonne car la marche des fiertés a toujours mixé action revendicative et fête ; et c’était une manière de dire face aux drames que nous n’arrêterons jamais de vivre.

La situation des LGBT

International : Nous demandons la dépénalisation universelle de l’homosexualité car dans de très nombreux pays les LGBT continuent à être persécutés ; dans 10 pays elle reste même passible de condamnation à mort (Afghanistan, Arabie saoudite, Brunei, Émirats arabes unis, Iran, Mauritanie, Nigeria, Soudan, Somalie, Yémen)

National : Depuis l’adoption de la loi ouvrant le mariage pour tous, le gouvernement est resté tétanisé par les manifestations des obscurantistes et rien n’a vraiment avancé. Pour nous il y a 3 priorités :

  • ouvrir l’accès à la PMA à toutes les femmes
  • simplifier le changement d’Etat civil des personnes Trans
  • lutter contre l’homophobie qui a repris de l’essor en parallèle vec la montée du racisme, de la xénophobie.

Nous comptons bien nous saisir des prochaines échéances électorales (présidentielles, législatives) pour interpeler les candidats : rendez-vous, tables rondes et  mobilisations  plus originales se préparent déjà.

Pays basque

Depuis l’ouverture de Txalaparta en juin 2014,  en ce sont 128 cas   qui ont été suivis par notre groupe social composé de travailleurs sociaux (assistants sociaux et éducateurs  qui  sont adhérents des Bascos ). Sur cet ensemble ce sont 27 qui portaient sur des situations d’homophobie ( au collège, au travail notamment)

Après l’ouverture l’automne dernier d’une antenne de l’association à Pau baptisée « Arcolan » ( arc-en-ciel en Gascon )  la priorité  maintenant est de travailler à l’activation d’un  relais dans le Pays basque intérieur.

Nous préparons pour la rentrée, une semaine autour de la question du  vieillissement des personnes LGBT ( du 3 au 9 octobre), des actions sur les personnes LGBT en situation de handicap ( Handilove le 1er octobre avec l’APF, le planning familial, Aides) et une forte implication au sein de la semaine « Bayonne en marche pour  la diversité et l’égalité des droits » initiée par la municipalité avec pour les Bascos une importante exposition photos sur les Bayonnais engagés contre les discriminations, une pièce de théâtre le  9 décembre avec la compagnie bordelaise « Donc Y Chocs »  et un court métrage réalisé par des étudiants du pôle image.

Fêtes de Bayonne

Txalaparta, la peña des Bascos sera ouverte tous les jours de midi à 2h au 10 rue Laffitte. Au cœur du Petit Bayonne, elle est ouverte à toutes celles  qui partagent nos valeurs avec un programme original qui valorise la musique vivante et la diversité . Txalaparta entend à la fois participer à la fête collective  mais aussi  contribuer à sensibiliser aux thématiques de respect, tolérance et de défense des minorités : des actions sont ainsi en préparation sur la prévention, le refus du sexisme notamment.

Les associations LGBT d’Hégoalde sont  invitées et attendues  car  comme nous nos luttes ne connaissent pas les frontières   nous travaillons en étroite relation avec les associations d’Euskadi.

Les bénéfices générés par les fêtes contribuent fortement au financement de l’association et sont un gage de son indépendance.

Harro & Bat eginik !   Les Bascostxalaparta