EHBAI  dénonce fermement l’arrestation d’Alberto Plazaola menée par la police française ce matin. Cette arrestation représente une agression directe au processus de paix.

Il faut rappeler qu’Alberto Plazaola a déjà passé 24 ans dans les geôles françaises et espagnoles.

En décembre dernier la justice espagnole avait décidé de le libérer du fait qu’il avait accompli la totalité de sa peine. Quelques mois plus tard, l’Etat espagnol dans sa logique de vengeance politique, avait ordonné sa ré-incarcération. Le seul argument qu’il avance, c’est qu’il ne prend pas en compte la peine accomplie en France. Voilà la dernière escroquerie juridique mise en œuvre par le gouvernement espagnol pour maintenir les prisonnier-e-s politiques basques en prisons.

Si ces dernières semaines B. Cazeneuve comme C. Taubira semblaient exprimer une disposition à faire des pas dans le sens de la résolution du conflit basque, l’arrestation d’aujourd’hui va à contre-sens. Au vu du contexte nouveau qui a émergé, il est temps de vider les prisons et non de continuer à les remplir.

En ce sens, nous demandons à ce que le gouvernement français prenne ses responsabilités et qu’il ne suive pas la politique menée par le gouvernement espagnol.

En outre nous tenons à interpeller le gouvernement français : Est-ce comme cela que B. Cazeneuve voyait la création de conditions d’apaisement ? N’est-il pas temps d’ouvrir une phase de discussion notamment autour de l’avenir des prisonnier-e-s ?

Ainsi, EHBAI demande la libération immédiate d’Alberto Plazaola et l’abandon de toutes les poursuites juridiques à son encontre. Nous appelons de même à participer au rassemblement qui s’organisera ce soir à 19 :00 à Ciboure.